Mentonnière

 

Il faut porter une attention particulière aux mentonnières, car elles affectent principalement la fréquence du mode B1- sur un violon en blanc ou vernis. Il faut trouver le modèle qui convient au violon et au violoniste, ce qui peut parfois demander de fastidieux réglages.

 

Le poids des mentonnières varie de 35 à 70 g. Leurs fréquences peuvent être identiques, mais avec des poids différents selon l’essence de bois utilisé (ébène, palissandre, acajou, poirier, buis ou faux buis) et leur densité.

Ces mentonnières ont des signatures différentes selon qu’elles sont à gauche ou au centre et selon leurs poids et leurs fréquences. Par conséquent, elles modifient différemment la fréquence des modes B1- et B1+ et peuvent abaisser le niveau des dB de certaines crêtes.

 

Certains types de mentonnière abaissent la fréquence du mode B1+ de 5 Hz et la fréquence du mode B1- de 25 Hz. Ceci dépend généralement des épaisseurs du fond et de la table dans la partie inférieure du violon et de la largeur du tasseau.

Il faut changer de type de mentonnière (centrale ou à gauche) avec un poids plus lourd ou plus léger ou fabriquée avec différents matériaux, afin d’obtenir un delta correct entre ces deux modes. Quand une mentonnière convient à un violon en blanc, il faut la réserver pour le même violon après son vernissage.

 

Exemple sans mentonnière : Mode B1- : 455 Hz - mode B1+ : 550 Hz - delta entre ces deux modes : 95 Hz (limite supérieure acceptable).

Installation d’une mentonnière : la fréquence du mode B1+ s’abaisse de 5 Hz et la fréquence du mode B1- de 25 Hz, le delta entre ces deux modes est de 115 Hz. Le violon n’a plus de médium, les graves sont secs et les aigus acides. Le problème s’aggrave si le fond se déforme en augmentant la fréquence du mode B1+ de 15 Hz (delta : 125 Hz).

 

Généralement, une mentonnière abaisse la fréquence du mode B1+ de 8 Hz et la fréquence du mode B1- de 12 Hz à 20 Hz maximum. La baisse de fréquence des modes B1- et B1+ doit être équivalente après l’installation d’une mentonnière et d’une épaulière, afin d’obtenir un delta entre ces deux modes identique à celui avant d’installer ces accessoires.

 

N.B. Pour fabriquer un fond et une table libres, il faut définir la gamme de fréquences minimum et maximum dans laquelle ils seront accordés pour un taux d’humidité du bois à l’instant donné.

Avec des matériaux de faible densité ayant une faible résistance ou alors de faibles épaisseurs pour obtenir la fréquence souhaitée (faible résistance), il faut prévoir une déformation du fond et de la table avec une élévation normale du mode B1+ (5 à 8 Hz), ainsi qu’un abaissement de la fréquence du mode B1- (3 à 4 Hz) après le montage du violon en blanc et ceci indépendamment du taux d’humidité du bois. Ces fréquences seront encore modifiées après la pose d’une mentonnière.

 

Après le vernissage du violon, le delta entre les modes B1- et B1+ peut avoir subi une modification. Dans une certaine limite, une nouvelle mentonnière peut aider à résoudre le problème.

 

Il est également possible de modifier volontairement le delta entre les modes B1- et B1+ avec une mentonnière, soit en augmentant le delta pour avoir un jeu plus souple, soit en diminuant le delta pour avoir un jeu plus ferme. Ceci n’est pas réalisable sur tous les violons.

 

Vérifier que la mentonnière ne touche pas le cordier, autrement il y aura un split de fréquence sur les modes B1- ou B1+. Dans cette configuration, les fréquences de ces modes sont très difficiles à définir au générateur ou avec Audacity.

 

N.B. Une épaulière abaisse la fréquence du mode B1+ d’environ 5 à 7 Hz (dépend du modèle).

 

Chaque instrument est différent avec sa propre signature acoustique. Le réglage final d’un violon en blanc consiste à rechercher et à comprendre certaines imperfections et à les éliminer.

 

Après le montage du violon en blanc avec une mentonnière, relever la fréquence des modes B1- et B1+, ainsi que le taux d’humidité des matériaux. Disposer l’instrument sans mentonnière dans la cabine UV. Les cordes doivent rester tendues pendant toute la durée d’exposition.

 

Un cycle de fluage de longue durée augmente considérablement la stabilité des matériaux. 3 à 4 jours en cabine, puis 3 à 4 jours hors cabine et ainsi de suite. Quand les matériaux libres ont subi un cycle de fluage important et qu’ils sont relativement stables, le violon peut être laissé en continu aux UV.

 

Après 20 à 30 jours, laisser le taux d’humidité du bois revenir à la même valeur avant exposition aux UV ou entre 5% et 8% (les matériaux libres doivent avoir été déshydratés au préalable). Installer la même mentonnière et relever les fréquences des modes B1- et B1+. Une fréquence du mode B1+ supérieure à celle d’origine signifie que le fond s’est déformé sous la pression des cordes.

 

Après déformation du fond, réaccorder la fréquence du mode B1+, quand elle est supérieure à la limite critique ou lorsque le delta entre les modes B1- et B1+ est supérieur à 95 Hz.

Il faut prendre en compte dans le calcul du delta qu’une épaulière abaisse la fréquence du mode B1+ d’environ 5 Hz à 7 Hz. Il est souhaitable de relever cette fréquence avec un type d’épaulière standard. Remettre le violon aux UV pour égaliser la couleur, si le fond a été poncé.

 

Vérifier toutes les semaines la tension de l’âme. Quand elle doit être changée pour une plus grande, la positionner dans l’axe du pied droit du chevalet.

 

La fréquence du mode B1- peut s’avérer trop basse avec un delta supérieur à 95 Hz. La barre doit être changée pour augmenter la fréquence de la table barrée libre du nombre de hertz supérieur à 95 Hz, sans que celle-ci soit supérieure à 355 Hz à 6%. La fréquence du mode B1+ ne doit pas être supérieure à 545 Hz à 6% après que le fond ait atteint sa limite critique de déformation.

 

Pour connaître la fréquence réelle des différents modes, il est nécessaire de connaître le taux d'humidité des matériaux au moment du relevé.

 

N.B. Un violon en blanc ou verni, dont la sonorité devient médiocre quelque temps après le montage des cordes, s’explique de la façon suivante : le fond se déforme, la fréquence du mode B1+ s’élève de 16 Hz, la fréquence du mode B1- s’abaisse de 8 Hz. Étant donné que ces deux résultats s’additionnent, le delta entre les modes B1- et B1+ augmente de 24 Hz. Le delta serait supérieur à 95 Hz, si au premier montage du violon en blanc ou verni, il était supérieur à 75 Hz.

 

On peut comprendre par cet exemple, comment un violon perd très vite sa belle sonorité en accordant les fréquences à la limite critique sans les précautions nécessaires avant de vernir l’instrument.

 

Mode B0

 

Fréquence de la touche collée au manche (Body zéro)

 

La touche vibre sur le secteur au niveau de la poignée ainsi qu’à son extrémité par flambement, ce qui permet d’accorder la fréquence du mode B0.

 

Le collage provisoire de la touche doit être correctement réalisé : sinon, le mode B0 peut avoir une fréquence inférieure ou supérieure à la réalité après son collage définitif.

 

Dans des conditions d'humidité ambiante élevée et prolongée, avec des matériaux à 12% d’humidité, l'accord du mode B0 est difficile à réaliser correctement, la fréquence de la touche est instable.

 

N.B. Le collage de la touche sur le manche abaisse la fréquence du mode B1+.

 

Dans des conditions d'humidité ambiante élevée, l'accord du mode B0 est difficile à réaliser correctement, la fréquence de la touche est instable. L'accord du mode B0 se réalise de préférence avec un taux d'humidité des matériaux de 6%.

 

L’amplitude de la fréquence des touches libres de bonne qualité est de 20 Hz entre un taux d'humidité de 1% et 12%. Cette amplitude peut s’élever d’environ 30 Hz, quand la densité de l'ébène est très faible et le bois poreux. Ces touches doivent être éliminées.

 

La touche libre préaccordée doit être recollée provisoirement sur le manche "enclavé" afin de relever la fréquence du mode B0 et de monter le violon en blanc. Selon la densité des matériaux, cette fréquence sera parfois au-dessus ou au-dessous de la fréquence de cavité A0 « avec une âme » (5 à 10 Hz maximum).

 

Si la fréquence du mode B0 est supérieure ou inférieure à la fréquence du mode de cavité A0 « avec une âme », la fréquence de la touche libre doit être élevée ou abaissée du double du nombre de hertz correspondant à la différence entre la fréquence du mode B0 relevée à la frappe ou au générateur et la fréquence de cavité A0.

 

Le collage provisoire de la touche (5 à 6 petits points de colle de chaque côté du plat du manche) doit être correctement réalisé : sinon la fréquence du mode B0 sera supérieure à celle prévue après le collage définitif de la touche. Le montage provisoire du violon en blanc, avec un collage de la touche défaillant : la fréquence du mode B1+ sera plus élevée que celle prévue (voir page 279).

 

La touche vibre sur le secteur au niveau de la poignée ainsi qu’à son extrémité par flambement, ce qui permet d’accorder la fréquence du mode B0.

 

Un ratissage sur le dessus de la touche collée au manche dans le secteur de la poignée, abaisse la fréquence du mode B0.

 

Il est possible d'abaisser ou d'élever la fréquence de la touche libre « préaccordée » d'environ 10 Hz, en enlevant environ 3 g de bois sur la cuillère pour accorder la fréquence du mode B0. Au-delà de cette limite, il faut changer la touche.

 

 

 

 

 

 

 

La fréquence du mode B0 ne doit pas être supérieure à 280 Hz à 6% d'humidité du bois. Quand elle est supérieure à 290 Hz, la fréquence du mode B1+ sera supérieure à celle prévue.

 

L’extrémité de la touche collée sur le manche est très sensible à l’humidité, car elle présente deux faces à l'air libre. Après le vernissage du manche, la fréquence du mode B0 s’abaisse ou s’élève en moyenne de 10 Hz entre un taux d’humidité de la touche de 1% à 12%.

 

Le poids d'une touche libre accordée est de 62 g à 72 g. Ce poids dépend de la densité de l’ébène et de son taux d'humidité.

 

Pour entendre le mode B0 à la frappe (sans cordes) tenir le violon par la partie inférieure de la caisse en recherchant la zone nodale ne vibrant pas, frapper la volute ou sur le dessus de la touche près du sillet du haut pour entendre lemode B0.

 

La touche doit être collée provisoirement sur le violon en blanc, afin de relever les fréquences de tous les modes et de faire un dernier réglage des modes B1- et B1+ quand cela est nécessaire, ce qui évite d’avoir à ouvrir le violon après son vernissage pour reprendre les épaisseurs du fond afin d’abaisser la fréquence du mode B1+.

 

Le réglage de la fréquence du mode B0 peut être réalisé quand le violon est en blanc ou vernis (de préférence, en blanc). Relever la fréquence du manche enclavé sans la touche et celle de la touche libre, puis additionner les deux fréquences. Le résultat indique à quelle fréquence, il faut accorder la touche libre, afin d’obtenir une fréquence du mode B0 identique à celle du mode de cavité A0.

 

Technique pour accorder le mode B0 de la touche du violon

Enlever du bois dans les zones 3 à 4 élève

la fréquence de la touches libre.

 

Enlever du bois dans les zones 1 à 2 abaisse

cette fréquence.

 

Violon Mode B0

Patrick KREIT

Luthier & chercheur

 LE GENIE DE STRADIVARIUS

Edition finale

Patrick KREIT Violin Maker

Réglage du chevalet

 

Augmenter la masse d’un chevalet n’augmente pas ses performances quand l’élasticité du bois est trop faible, car l’épaisseur du chevalet se joue à quelques dixièmes de millimètre et n’est pas suffisant pour compenser cette faiblesse. Il faut utiliser des chevalets ayant une élasticité élevée (fréquence élevée) ; de préférence : un chevalet pour chaque violon.

 

Les vibrations des cordes sont transmises au résonateur par le chevalet qui joue un rôle important dans le traitement des vibrations. Il suffit de poser une sourdine sur le chevalet pour constater une différence de puissance et de timbre en atténuant les fréquences élevées.

 

Le chevalet est un filtre acoustique. Le signal qu'il transmet à la table va subir des transformations.

Il en résulte une perte du signal qui sera généralement plus sensible dans les hautes fréquences.

 

Les qualités essentielles d'un chevalet dépendent de ces caractéristiques : densité, célérité, élasticité. Ses performances sont à rechercher dans son épaisseur, sa forme, ses ouvertures et sa fréquence. Le chevalet absorbe une partie de l’énergie, il doit par conséquent être optimisé.

 

Les chevalets bruts ont une fréquence fondamentale de 260 Hz à 395 Hz. Leur poids est de 3 à 4 g.

Les modèles de chevalets sont standardisés, par conséquent, les chevalets lourds ont une densité élevée. Les meilleurs chevalets ont une densité, une élasticité et une fréquence élevées.

 

Le chevalet excité par les cordes vibre : il a donc une fréquence fondamentale. Quel que soit l’endroit où vous enlevez du bois sur un chevalet, cette fréquence sera modifiée. Par conséquent, il faut en tenir compte pour la résistance et le résultat recherché.

 

Un chevalet brut de très basse fréquence manque toujours de résistance.

 

Modifier un chevalet, modifie sa fréquence. Accorder un chevalet sert à l’optimiser par rapport à ses caractéristiques (densité, élasticité, célérité) pour un violon donné. Modifier l’épaisseur, les yeux, le cœur, les oreilles sans comprendre pourquoi ou parce que c’est beau, n’a aucun sens.

 

La fréquence fondamentale d’un chevalet et les fréquences qui lui sont imposées en jouant sur les cordes, appartiennent à des modes différents. Il en va de même pour l’accord du mode 5 du fond et de la table.

 

Accorder un chevalet libre est nécessaire, toutefois, selon les zones où le bois est enlevé pour l’accorder, ceci modifie la sonorité du violon et son équilibre. En ouvrant le cœur et les yeux, le timbre devient plus clair en faisant ressortir les harmoniques élevées. En dépassant la limite, le son devient acide et agressif. Avant d’installer un nouveau chevalet, vérifier la position et le forçage de l’âme.

 

Pour des violons de professionnels, il faut choisir des chevalets bruts de première qualité ayant une fréquence élevée (340 Hz à 395 Hz) : c’est la certitude qu’ils ont suffisamment de résistance (élasticité) qui permettra de les accorder en enlevant du bois dans différents endroits, afin de maximiser le potentiel et du chevalet et du violon. Les problèmes sur un bon violon ne sont pas les mêmes que sur un violon d’étude. Cela consiste généralement, à éclaircir le son avec un peu plus de puissance ou à le rendre plus doux.

 

La fréquence du chevalet est inversement proportionnelle à celle du mode B1+. Quand celle-ci est supérieure à 550 Hz et que le son est agressif, dur, râpeux, la fréquence du chevalet sera abaissée jusqu’à 260 Hz, avec davantage de bois, ce qui donne un son plus doux.

 

Mettre à l’épaisseur standard le chevalet, puis ajuster les pieds sur la table. Si on laisse trop de hauteur de pieds, il manque du bois dans la tête du chevalet ; si on enlève trop de hauteur de pieds, il y a trop de bois au-dessus du cœur. Dans les deux cas, la fréquence du chevalet et la sonorité du violon seront modifiées.

Après l’ajustage des pieds sur la table, régler la hauteur du chevalet. Relever sa fréquence, ajuster les épaisseurs finales et enlever du bois dans les différentes zones pour obtenir une fréquence du chevalet libre souhaitée.

 

Diminuer l'épaisseur d’un chevalet brut à sa valeur standard abaisse sa fréquence de 45 à 65 Hz.

 

- Diminuer la hauteur de la tête du chevalet à sa valeur standard élève sa fréquence de 45 à 65 Hz.

 

-Indépendamment des caractéristiques du chevalet, après la mise en épaisseur du chevalet, la fréquence s’élève d’autant de ce qu’elle a baissé en diminuant la hauteur du chevalet.

 

Enlever du bois dans les différentes zones du chevalet donne le résultat suivant :

 

¨ (C) -  élève la fréquence de :                               5 Hz

¨ (E) -           élève la fréquence d’environ :     10 Hz

¨ (F) -           élève la fréquence d’environ :     10 Hz

¨ (D) -          abaisse la fréquence de :               10 Hz

¨ (B) -           abaisse la fréquence de :       10 à 15 Hz

¨ (G) -          abaisse la fréquence de :       25 à 30 Hz

¨ (A) -           Diminuer l’épaisseur abaisse la fréquence d’environ 5 Hz.

 

Pour obtenir un résultat satisfaisant, la fréquence du chevalet brut doit être au moins équivalente
à celle du chevalet ajusté.

 

Chevalet

 

Accorder un chevalet libre est nécessaire, toutefois, selon les zones où le bois est enlevé pour l’accorder, ceci modifie la sonorité du violon et son équilibre. En ouvrant le cœur et les yeux, le timbre devient plus clair en faisant ressortir les harmoniques élevées. En dépassant la limite, le son devient acide et agressif.

 

Le poids d’un chevalet ajusté est de 2 g à 3 g

 

Avant d’installer un nouveau chevalet, vérifier la position et le forçage de l’âme.

 

Pour améliorer la sonorité d’un violon par des réglages sur le chevalet, il faut impérativement utiliser un rehausseur de cordes et le laisser en place tant que l’on n’a pas remis le chevalet sous tension.

Détendre les cordes : la tension sur le fond, la table et le manche, va se relâcher avec une augmentation de la fréquence du mode B1- et un abaissement de la fréquence du mode B1+ de quelques hertz. Après avoir retendu les cordes, cela donne au violon l’impression qu’il respire, le violon a une belle sonorité, le chevalet ajusté est parfait. Sauf que deux jours après, le violon s’est stabilisé à nouveau sous la tension des cordes et le réglage du chevalet n’est plus correct, la sonorité du violon encore moins et même parfois pire qu’avec le chevalet précédent.

 

Les vibrations transmises au chevalet par les cordes, ne fonctionnent pas comme la fréquence d’un courant électrique, mais ressemblent davantage à une trépidation ou       une oscillation du chevalet faisant vibrer mécaniquement la table et le fond (par l’intermédiaire de l’âme) en une multitude de zones nodales et antinodales selon la fréquence, ainsi que certaines parties des éclisses.

 

Les vibrations des cordes ne passent pas toutes par le chevalet. Les cordes font aussi vibrer le manche, la touche, le cordier, les tasseaux du haut et du bas avec une partie des éclisses, ainsi que l’extrémité de la table et du fond (mode C2 ou CBR).

 

Après l’assemblage du violon, la mise en vibration de chaque pièce du puzzle forme un résonateur, dont le résultat dépend de plusieurs variables : qualité des matériaux, épaisseurs, poids, stress, contraintes et déformations des matériaux, taux d’humidité du bois, fréquence du mode A0, fréquence des modes B1- et B1+, delta entre ces deux modes, vernis.

 

 

Force de traction des cordes du violon : 30 kg à 40 kg selon le diapason est le type de cordes.

 

Calcul de la pression des cordes sur une table de violon avec un angle de 158° et un ratio de 2,5.

 

Hauteur sillet du bas : 6 mm – hauteur chevalet : 32 mm.

 

Exemple : 32 kg ÷ 2,5 = 12,8 kg de pression sur la table et le fond par l’intermédiaire de l’âme.

 

 

                                         Copyright © 2010  - 2018 Patrick Kreit.         Aucune partie du site ne peut être reproduite sans ma permission écrite

 

Contact  Patrick KREIT

Home

Méthode Strad

Voûte

Mode 5

Mode B1

Mode A0

Vernis

Violon